HAUT et BAS

CM2

HAUT et BAS

Les mots HAUT et BAS ne sont pas seulement polysémiques, ils sont aussi polysyntaxiques, pouvant être utilisés comme adjectifs, comme noms et comme adverbes. Par surcroit ils ont engendré les deux verbes dérivés BAISSER (ABAISSER, RABAISSER) et HAUSSER (REHAUSSER) et ils sont en rapport de sens étroit avec MONTER et DESCENDRE.

Leur polysémie est le reflet de l’héroïsme avec lequel le vertébré mammifère nommé Homo Sapiens a conquis la station VERTICALE en dépit de la pression atmosphérique, de l’attraction universelle, et la loi de la chute des corps. Le voilà DEBOUT, en HAUT sa TÊTE tournée vers le CIEL, en BAS ses PIEDS, qui reposent sur la TERRE.

Tout ce qui est vertical est conçu sur ce modèle, a un pied, reposant sur une BASE HORIZONTALE à partir de laquelle on peut MONTER (verbe apparenté à MONTAGNE), on peut S’ÉLÈVER, par DEGRÉS, jusqu’à un SOMMET. Et, à partir de ce sommet, bien sûr, on peut REDESCENDRE jusqu’au pied. Ces degrés, qui permettent d’atteindre certains NIVEAUX peuvent être les MARCHES d’un ESCALIER, interrompu par des PALIERS aux différents ÉTAGES d’un immeuble, ou les ÉCHELONS d’une ÉCHELLE, mais aussi les échelons d’une HIÉRARCHIE sociale, par exemple les GRADES d’une armée.

Le haut et le bas ne sont nullement égaux. C’est dur, n’est-ce pas, de monter jusqu’en haut d’une montagne. Celui qui y parvient est fier de son exploit et heureux du magnifique paysage qu’il découvre. C’est pourquoi le haut est ADMIRABLE et on notera que le plus souvent les dieux résident dans des sommets, comme ceux des anciens Grecs qui mènent leur vie sur le mont Olympe ; le Dieu des chrétiens, à son tour est “aux CIEUX”, par opposition à nous, qui sommes ici-bas, dans ce bas monde de la Terre.

En ancien français le mot CHEF était synonyme de tête, l’organe de la pensée et de la décision, par opposition aux pieds qui ne font qu’obéir à son commandement et marcher ! D’où la locution bête comme ses pieds. De même dans tout groupe social, les chefs sont en haut, le Grand Chef tout en haut de la hiérarchie et ses SUBORDONNÉS appliquent des ordres venus d’en haut.

HUMILIER quelqu’un (du latin humus, “terre”), c’est le diminuer. Évitons de le faire ! Un INFÉRIEUR humilié par un SUPÉRIEUR pourrait bien un jour, chercher à se venger ! Chacun, à quelque échelon qu’il se trouve, a besoin qu’on lui reconnaisse une VALEUR, et sera d’autant plus heureux qu’il se sentira en PROGRÈS, en train de monter au moins dans sa propre estime.

 

 

pour aller plus loin

article Vocalire