CM1

 

 

ATTACHER et LIER

 

Nous commencerons pour chercher des compléments, aux deux verbes attacher et fixer.

 

Monsieur Lesujet fixe un objet à un support, quel objet ? quel support ? au moyen de quoi ? Exemple : une étagère au mur avec des clous.

 

Monsieur Lesujet attache un objet à un support, quel objet ? quel support ? Exemple : son vélo à une grille (synonymes : accrocher, suspendre); au moyen de quoi ? (un lien, une chaine ou divers autres systèmes).

 

Quelle différence entre les deux verbes ? Un objet attaché peut être détaché (délié, dénoué, décroché, déconnecté) Il reste mobile.

 

Un objet fixé est fixe. Il n’existe pas de verbe *défixer.

 

Monsieur Lesujet attache ensemble plusieurs objets de même taille, plus ou moins semblables au moyen de quoi ? d’un lien (il en existe de toutes sortes). En ce sens attacher est synonyme de lier. Le résultat de son action porte un nom c’est un bouquet (de roses) ou une botte (de poireaux) ou une gerbe (de fleurs ou, anciennement, de blé), ou un paquet (de bonbons) auquel cas, le lien est remplacé par du papier, un sachet…

 

Le verbe lier est beaucoup moins employé qu’attacher, mais il a toute une famille de mots très usuels , non seulement lien, mais liaison, liasse, ligature et trois verbes : délier allier avec ses dérivés alliage et alliance et relier qu’on peut rapprocher de joindre, adjoindre, rejoindre, disjoindre (d’où jonction, conjonction, conjoint).

 

On pourra s’intéresser à différentes sortes de liens,

  • aux genre d’objets qu’ils attachent  : une ficèle (d’où le verbe ficeler) une corde (d’où le verbe encorder) ,   un cordage, un lacet (d’où le verbe enlacer), une chaine (d‘où les verbes déchainer, enchainer ) une sangle (d’où le verbe sangler) ou une ceinture (d’où le verbe ceinturer ) , un baudrier,

  • et à la manière de les faire tenir : un simple nœud (d’où le verbe nouer) , ou une boucle(d’où le verbe boucler ) , ou un cadenas (d’où le verbe cadenasser) , ou une ancre (d’où le verbe ancrer) , ou un mosqueton .

  • Et tous les mots ci-dessus ont leurs sens figurés !

 On a donc affaire à un matériel très riche qui ne pourra pas être exploité entièrement. Une fois bien posées les notions de base (deux qui ne font plus qu’un, possibilité de détacher ce qui avait été attaché, la notion de support), Il pourra être intéressant de raconter l’histoire du nœud gordien et de la manière dont Alexandre l’a tranché, d’insister sur des cas particuliers permettant des développements historiques ou techniques, sur la cordée des alpinistes, les cordages en marine, sur les liaisons assurées par des moyens de transports qui relient un point à un autre, les connexions qui permettent de se connecter, de raccorder un appareil à un réseau…

 

Mais surtout on ne manquera pas de parler de l’emploi de certains de ces mots dans le domaine affectif et psychologique : On peur nouer des relations avec quelqu’un et dénouer une situation embarrassante. Monsieur Lesujet fréquente Mademoiselle Delobjet et la trouve vraiment attachante, et c’est réciproque ! Mademoiselle s’attache à Monsieur autant que Monsieur à Mademoiselle. L’un et l’autre ont du plaisir à être ensemble ressentent une sorte de manque quand ils ne se voient pas. Vont-ils vivre une simple liaison ? Mais non, les voilà engagés dans les liens du mariage. Ils sont devenus des conjoints. Ils portent au doigt une alliance. Ils sont si amoureux qu’ils pensent que c’est pour toujours, et n’envisagent même pas qu’ils pourraient un jour se détacher l’un de l’autre et rompre leurs liens par un divorce.

 

 

pour aller plus loin

article correspondant à consulter sur Vocalire
fiches témoin