CM1

VOIR

Voir bien clair, en profitant de la lumière du soleil, ou, d’une lumière électrique, parce qu’on a deux bons yeux, c’est vraiment précieux. Ne dit-on pas, de quelque chose qu’on aime beaucoup, J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux ! Qu’est-ce que c’est donc que la prunelle de nos yeux ? c’est cette partie colorée que les savants appellent l’IRIS qui est comme le diaphragme d’un appareil photo : elle règle l’ouverture de la PUPILLE par laquelle passe la lumière. Le CRISTALLIN fait la mise au point et la RÉTINE transmet l’image au cerveau.

Grâce à cela, on voit la FORME des choses, leur COULEUR, leur ASPECT, qui change selon les variations de la lumière, tout cela est bien VISIBLE, mais on ne voit pas leur intérieur qui est INVISIBLE, sauf si elles sont TRANSPARENTES. Trop de lumière ÉBLOUIT, et on ne voit plus rien. Trop peu de lumière ne permet que d’APERCEVOIR, de DISTINGUER quelque chose. On peut placer un objet en ÉVIDENCE pour qu’il saute aux yeux d’une personne qui passe à proximité. On voit les choses de près ou de loin, mais toujours à une certaine distance, sans avoir besoin de les toucher. En terrain plat on peut voir jusqu’à l’HORIZON, mais plus les objets sont éloignés plus ils nous paraissent petits. C’est un effet de PERSPECTIVE.

Être AVEUGLE, toujours dans le noir, quel handicap terrible et comme c’est difficile de s’ adapter à la CÉCITÉ ! Mais, sans être aveugle, tout le monde n’a pas une très bonne VUE. Arthur est MYOPE. Il va consulter un OPHTALMOLOGISTE qui va mesurer combien il a de dixièmes de VISION pour choisir les verres qui lui conviennent. Il lui fera une ordonnance qu’il portera chez un OPTICIEN pour lui acheter des LUNETTES, en choisissant la plus jolie MONTURE ou des LENTILLES de contact. Et que signifie LOUCHER, être BORGNE ?

Le mot VUE a une multitude d’autres emplois dont on pourra chercher à faire l’inventaire. Une belle vue, c’est tout autre chose qu’une bonne vue. Un point de vue, une vue plongeante, une vue d’ensemble, une prise de vue, à perte de vue etc.

Le COD du verbe VOIR peut être prolongé par une proposition relative ou par un infinitif qui peut avoir lui-même un complément, ce qui permet d’intéressants exercices de syntaxe et de manipulations de phrases. Que vois-je de ma fenêtre ? Je vois des voitures/des voitures qui passent/des voitures passer. Je les vois qui passent, je les vois passer. L’introduction d’un pronom est facile. Mais aussi je vois des voitures qui contournent le rond-point/ je vois des voitures contourner le rond-point. Essayer dans ce cas de remplacer voiture et rond-point par un pronom. C’est déjà plus compliqué.

On s’appliquera à trouver des compléments abstraits au verbe voir : je vois le danger, je vois la solution du problème et à lui donner pour complément une proposition introduite par que, ou, quand, comment etc. je vois que tu as fait des progrès, dans quelle matière tu as fait des progrès etc.

On pourra montrer à l’occasion que tous les mots trouvés ci-dessus peuvent avoir des emplois abstraits.

D’où toutes sortes de locutions familières employées dans la conversation comme : Voyez-vous, Ah ! oui, je vois !, mais voyons !  Tu ne vois pas que ... ?  Je te vois venir,  C’est à voir, on verra ça

Il faut essayer de faire comprendre aux élèves que l’intelligence est une métaphore de la vision.

 
   

 

 

pour aller plus loin

article correspondant à consulter sur Vocalire