CACHER

  CP

CACHER

  Une phrase comme Les nuages cachent le soleil pourrait faire croire que cacher serait un verbe transitif comme tant d’autres, dont les deux seuls actants essentiels seraient le sujet et le COD. Il n’en est rien, bien sûr ! Car les nuages ne font pas exprès de cacher le soleil pour ennuyer les humains, et ils n’utilisent pour cette action rien d’autre qu’eux-mêmes. C’est un emploi pauvre et rare du verbe cacher dont le sujet est normalement humain, une personne qui a l’intention de faire l’action de cacher quelque chose. L’industrie humaine a même inventé des objets faits exprès pour en cacher d’autres : un cache-nez, un cache-pot (locutions figées). Dans le simple cas d’un objet matériel qui empêche d’en voir un autre, le passif est très facilement employé : le soleil est caché par les nuages. Une personne qui a égaré un petit objet et qui le retrouve, dit plus facilement mes clés étaient cachées sous mon foulard que mon foulard cachait mes clés.

Sans préjudice de compléments circonstanciels facultatifs, cacher a quatre actants essentiels qui sont rarement tous exprimés dans la même phrase. L’actant A, le sujet dans la phrase de base, est la personne qui cache l’actant B, à une autre personne, l’actant C, par un moyen quelconque, l’actant D.

L’action de A est intentionnelle. il ne veut pas que C voie ou connaisse B et imagine un actant D efficace pour l’en empêcher. A a intérêt à ce que C ne découvre pas B parce qu’il existe entre A et C un rapport de dominant à dominé. En principe, un homme vraiment libre, n’a rien à cacher. Ce n’est pas le cas de A. C a le pouvoir de lui faire un tort quelconque s’il trouve, s’il découvre B qu’il cherche peut-être, si B a de l’importance pour lui, et surtout s’il soupçonne A de le lui cacher.

Qu’est-ce donc que B (qu’il se présente sous une forme ou sous une autre) ? La vérité, bien sûr, la dangereuse, la terrible vérité, la vérité qui blesse ! A l’enterre en espérant que l’enterrement sera définitif, mais parfois, elle éclate lorsque C la découvre et la révèle, lorsqu’elle sort du puits, toute nue.

Un proverbe : Toute vérité n’est pas bonne à dire. Y a-t-il des cas où la révélation de certaines vérités peut faire plus de mal que de bien ? Faut-il jeter le manteau de Noé sur certaines vérités ? [ Pour cette histoire de manteau, voir, dans la Bible, le livre de la Genèse, chapitre 9, versets 18 à 23]. Est-ce bien d’être être discret, ne pas médire en parlant de choses qui ne vous regardent pas ? peut-il être nécessaire de tenir certaines choses secrètes ? (les secrets d’État et les secrets de familles qui ont un cadavre dans le placard)

B peut être un fait, une action, une conduite de A (coupable, ou innocente mais mal jugée) ou de quelqu’un que A a intérêt à protéger.

B peut être un objet matériel significatif : une lettre, une photo, une “pièce à conviction” dans une enquête policière

B peut être une personne recherchée par C et qui a intérêt à ne pas être trouvée, découverte. Aux yeux de C, A est son complice. A et B ont tout à redouter de C. Il faut envisager le cas du criminel justement recherché par la police et l’opposer à celui de l’innocent persécuté.

D, dans le cas où B est un fait, peut être le silence (les cachotteries), le mensonge, la destruction de preuves.

Dans le cas où B est un objet ou une personne, D est une cachette ou une cache.

A et B peuvent être confondus en une seule et même personne si A se cache (emploi pronominal réfléchi) se planque

On peut élargir la perspective en parlant du cas où A se déguise, autrement dit accepte d’être vu mais fait en sorte de n’être pas reconnu (l’emploi transitif de déguiser est possible mais moins fréquent que son emploi pronominal).

Séance n° 1

Pour faire parler les élèves et obtenir le vocabulaire adéquat, il faut leur proposer un scénario compatible avec leur âge. Pour les petits, l’idéal serait de les faire jouer à cache-cache (jeu qui mime de façon ludique une traque policière) et de leur faire raconter leur partie de cache-cache. Malheureusement ce n’est pas possible à l’école et en ville. Il faut pour cela des enfants dans une grande vieille maison avec cave, grenier, appentis, jardin touffu. S’il y en a qui pratiquent les jeux de piste du scoutisme, ils peuvent avoir une certaine expérience de la chose. Si vous pouviez dénicher un conte où le personnage principal doit se cacher pour échapper à des poursuivants, ce serait bien. A défaut, vous pourriez bâtir ce conte en proposant à vos élèves un personnage fictif, mettons “Jean le cachottier” et imaginer tout ce qu’il peut faire et pourquoi. Il est bien probable que C, ce seront les parents de Jean, mais peut-être aussi de mauvais camarades, ou quelqu’un à qui il veut faire une bonne surprise, ou une niche… 

Avec des grands, on pourrait parler d’affaires criminelles, d’histoires de guerre et de résistance, discuter de l’opportunité du secret et de la discrétion…

Séance n°2

Si vous voulez faire de la distinction de parasynonymes, vous pouvez étudier les emplois de (se) cacher et de (se) planquer de cache, de planque et de cachette et éventuellement faire un peu d’étymologie et remarquer que deux mots proches au point de vue morphologique et apparentés, cachot et surtout cachet ont depuis longtemps pris leur indépendance et rompu toute relation avec leurs cousins. C’est facile !

Vous pouvez aussi distinguer les emplois de cacher et de dissimuler, verbe surement mal connu de vos élèves, ce qui est fin et plus difficile. Il faudrait leur fournir des cas d’emplois de dissimuler, littéraires ou journalistiques, et essayer la substitution de cacher qui ne marchera pas toujours ou moins bien. Vous en trouverez beaucoup dans l’article dissimuler du TLF, consultable par internet. On verra que c’est un synonyme faible de cacher : cacher incomplètement, souvent sans intention coupable de tromper… Par contre, le nom dissimulation peut fonctionner comme nom d’action correspondant à cacher, chose impossible pour cache dont l’emploi est purement spatial.

Mais enfin, la grande ressource du verbe cacher, avec ses quatre actants, est syntaxique.

Essayer de les exprimer tous les quatre dans une seule et même phrase, essayer d’en supprimer un, chacun à son tour, d’en supprimer deux à la fois, puis trois. Quel est celui qu’on ne peut pas supprimer ?

Jean (A) cache à ses parents (C), dans un tiroir (D), la photo de son amie Alice (B)

C et D sont faciles à supprimer ; A ne peut l’être que par le passage au passif et B est impossible à supprimer. Il restera au moins La photo d’Alice est cachée.

Réécrire la phrase en prenant comme sujet, ou en mettant en valeur par c’est…que chaque actant, chacun à son tour C’est à ses parents que Jean cache la photo, c’est la photo qu’il cache, c’est dans le tiroir qu’il la cache. La photo était cachée dans le tiroir. Le tiroir cachait ? non, plutôt dissimulait la photo.

La dissimulation de cette photo, à votre avis, était-ce une faute grave ?

Séance n°3

Avec un verbe aussi “sensible”, je pense qu’on peut laisser aux élèves une grande liberté du choix de leur sujet de rédaction pourvu qu’il tourne autour de l’action de cacher.

 

 

pour aller plus loin

article vocalire