CE2

BON MAUVAIS

Faire trouver une multitude de noms supports A, en proposant d’abord la formule attribut : Cet A /mon A est bon/mauvais et les classer : concret (objets), abstrait (action, idée), humain (personnes). Puis, faire passer de ce couteau est bon, il coupe très bien (deux propositions) à un bon couteau coupe très bien (une seule proposition) D’où acquisition, au moins intuitive de la notion de “proposition” et des notions d’ “attribut” et d’“épithète”. Ensuite essayer le passage de un bon A à un A bon. On constatera que l’épithète postposée ne marche guère (et encore rarement) qu’avec le support humain et que c’est dans ce cas que fonctionne le dérivé bonté et son antonyme méchanceté (et leurs substituts). Quelle différence entre une bonne femme et une femme bonne ? Peut-on dire une méchante bonne femme ? et les adverbes dérivés ? Est-ce que tout bonnement est l’antonyme de méchamment ? On fera classer bon et mauvais et leurs substituts intensifs sur une échelle graduée, avec un point mort (moyen, médiocre, le suffixe able : mangeable, écoutable, acceptable, pas mauvais, pas très bon). Qu’est-ce qui se passe quand un bon A devient un excellent A ? Il devient meilleur, il fait des progrès, s’améliore, progresse. L’amélioration est rapide ! On opposera bon /meilleur à mauvais/plus mauvais/pire et on fera trouver des exemples d’emplois de pire. Et dans le cas d’une compétition sportive, avec plusieurs concurrents, qui est-ce qui gagne ? le meilleur ! D’où acquisition, au moins intuitive, des notions de comparatif et de superlatif. On pourra s’amuser avec les emplois affaiblis de bon Ex. Allons bon ! C’est de pire en pire !

 

 

pour aller plus loin

article Vocalire
micro-récit