CE1

UN et SEUL 

 Voilà une leçon qui touche à la fois à l’arithmétique et à la vie en société, avec son côté affectif. Pour des élèves très jeunes évitons une trop grande abstraction et manipulons des exemples concrets : Dans UNE main, COMBIEN y a-t-il de doigts ? CINQ. Combien y a-t-il de pouces ? UN et UN SEUL, il est seul de son espèce, différent des QUATRE autres, et pourtant le pouce et les quatre autres doigts forment une seule main. Si je dis Jean, Jacques, Élise, Zohra et Mohamed sont comme les cinq doigts de la main qu’est-ce que ça signifie ? Et notre classe, c’est UNE classe. Elle SE COMPOSE de combien d’élèves ? 25. C’est un TOUT dont les élèves font PARTIE. Que peuvent-ils faire un à un ? Que peuvent-ils faire tous ensemble ? Comme un seul homme ? Un nouveau arrive en cours d’année. Qu’est-ce qui se passe ?

J’achète une tarte, une seule et je la coupe. Voilà PLUSIEURS PARTS ! On donc peut faire plusieurs avec un à condition de le DIVISER. Mais on peut aussi faire un avec plusieurs à condition de les UNIR, de les RÉUNIR.

On fera souligner l’élément – UN(I) – dans tous les mots où il apparaît et dont on pourra faire un petit catalogue (ex. UNIQUE, UNIFORME, UNIFIER, UNANIME etc.)

Pourquoi dit-on que l’UNION fait la force ? Si je dis « Arthur est le numéro 1 dans son équipe », je lui fais un compliment ? Bien sûr, c’est qu’il est le PREMIER.

C’est bon ou c’est mauvais d’être tout seul ? Bernard a réussi à faire tout seul un excellent gâteau appelé quatre-quarts ; Il est heureux et fier ! Et il explique le nom du gâteau. Tous ses amis sont partis en vacances. Il est resté tout seul ; Il est triste, il s’ennuie. Employons les mots solitude, solitaire, isolé, isolement.

On fera souligner l’élément –sol– , variante savante de seul.

Ce qui est normal, c’est de vivre en société, à plusieurs, bien unis en FAMILLE ou avec des amis. Cela dit, parlons un peu de la traversée de l’Atlantique ou du tour du monde en solitaire et admirons l’exploit !
 

À un autre niveau… 

On pourrait présenter les choses de façon plus abstraite et montrer que l’un et le MULTIPLE relèvent de la catégorisation, un objet présenté comme un pouvant toujours être analysé et subdivisé, et une MULTIPLICITÉ d’objets pouvant être réunis selon certains critères.

On pourrait partir de l’emploi de un comme article INDÉFINI SINGULIER, qu’on peut gloser comme un certain X que je ne connais pas, et dont le PLURIEL serait des X (un certain nombre de X que je ne précise pas). On l’opposerait à son emploi NUMÉRAL qu’on peut gloser comme un seul et dont le pluriel serait un nombre précis. Exemple les Dupont ont une voiture (je ne sais pas de quelle marque) – Les Dupont n’ont qu’une voiture (et pas deux, Tandis que les Martin en ont trois].

On pourrait aussi parler des avantages que des INDIVIDUS isolés peuvent trouver à se REGROUPER dans des COLLECTIVITÉS, et aussi des contraintes que cela engendre. Les pronoms personnels NOUS et VOUS servent essentiellement à dire l’unité dans la multiplicité. Il est bon d’avoir la liberté de PARTICIPER à un club, à une fête de famille (dans participer, il y a l’idée de faire partie) ou de S’ISOLER. L’adjectif singulier n’a pas un sens uniquement grammatical. Son dérivé SE SINGULARISER permet de parler de conduites originales approuvées ou critiquées selon les opinions de chacun.

 

 

pour aller plus loin

article correspondant à consulter sur Vocalire